La femme est un châtiment pour l’homme ! Il faut donc punir les femmes.

D’après les traditions mythiques, Zeus envoya Pandore aux hommes pour les punir du vol du feu par Prométhée. D’emblée la première femme est placée sous le signe du mal. Les auteurs antiques ne cesseront de donner corps à cette image nécessaire. Hésiode considère ainsi que sans femme la vie n’est pas vivable mais qu’avec elle ne l’est pas plus. Face au désir féminin, Hippolyte se lamente de devoir subir ce « frauduleux fléau » que sont les femmes[1]. Les femmes ne sont pas envisagées de manière symétrique aux hommes. La femme est un être distinct et étranger. Pandore n’est pas l’incarnation de la féminité, elle est seulement la première de la race des femmes[2]. La première femme n’est pas la mère de l’humanité mais la mère des femmes[3].

Une génération après Hésiode, Sémonide d’Amorgos compose un poème sur les femmes dans lequel il distingue dix types de femmes. Sur les dix, seule une catégorie de femmes est bonne, les neuf autres sont là pour la souffrance de l’homme. En premier lieu, il y a la « femme-cochon » qui ne s’occupe pas de sa maison et qui engraisse au milieu des ordures. Deuxième catégorie, la « femme-renard », rusée, elle est d’humeur changeant. La « femme-chienne » est celle qui se mêle de tout. La « femme façonnée avec de la terre » qui n’est juste capable que de manger. La « femme sur le modèle de la mer »  est cyclothymique. La « femme-âne »  qui accueille n’importe quel compagnon. La « femme-belette » n’est ni désirable, ni aimable, ni belle mais elle est néanmoins « folle de la couche d’Aphrodite » et voleuse. La « femme-cavale » qui passe son temps à prendre soin d’elle mais rejette les travaux et les efforts sur les autres. La « femme-singe » est laide et rusée comme un singe et passe son temps à faire le mal. Seule la « femme-abeille » trouve grâce aux yeux du poète car elle s’occupe de sa demeure et de son époux et lui prodigue une large descendance.

Ces clichés sur les femmes, et le notamment l’idée que la femme est un châtiment pour l’homme, se transmettent de générations en générations, notamment car Hésiode est un des supports de l’apprentissage de la lecture. En 411 avant J.-C., dans une pièce intitulée Les Thesmophories, Aristophane met en scène la fureur des Athéniennes contre le poète Euripide accusé de misogynie. Le chœur féminin dresse la liste des stéréotypes attribués aux femmes qui fait étroitement écho aux écrits d’Hésiode et de Sémonide d’Amorgos.

L’espace privée est le lieu de châtiments des femmes. Dans la tragédie de Sophocle, Antigone brave l’ordre de Cléon de ne pas donner à son frère Polynice les honneurs funéraires sous peine de lapidation. Or Créon se ravise car la lapidation est une peine publique donc réservée aux hommes. Il choisit alors de faire emmurer sa nièce dans une grotte pour qu’elle meure à l’abri du regard des autres. Les femmes ne doivent pas être châtiées en public mais  en privé. L’espace privé est également l’espace, où s’expriment les violences domestiques. Mais la nature des sources grecques  rend difficile de trouver des traces de ces actes. Les mythes sont plus explicites ; de nombreux récits mettent en scène le viol et l’enlèvement. Le grec ne possède pas de termes pour désigner le viol en tant que tel, et dans les rares codes de lois qui mentionnent cet acte criminel c’est la violence physique et la honte ressentie par la victime qui sont mentionnées[4].

womanlovespellbestLa femme peut également être châtie symboliquement de manière primitive. Une figurine en terre cuite conservée au Musée du Louvre accompagnée d’une tablette de plomb illustre la domination masculine totale du corps féminin[5]. Cet ensemble, figurine et tablette, était destiné à l’envoûtement d’une femme nommée Ptolémaïs. La statuette, provenant d’Antinoopolis en Egypte, et datée des IIIème-IVème siècle après J.-C., représente un corps féminin pieds et poings liés dans le dos, agenouillée et transpercé de treize aiguilles : une aiguille dans le cerveau, deux dans les oreilles, deux dans les yeux, une dans la bouche, une dans l’hypocondre, deux dans les mains, deux dans les parties sexuelles, et deux dans la plante des pieds. Il ne s’agit pas d’une malédiction pour punir Ptolémaïs mais d’un charme pour l’attirer comme le montre le texte de la tablette. Les demandes de l’amant présente un caractère violent : qu’elle ne puisse ni manger, ni boire, ni aimer, ni sortir, ni dormir tant qu’elle ne lui aura pas céder. Il demande également à un démon de la traîner par les cheveux et par les entrailles jusqu’à lui. L’emplacement des aiguilles témoignent d’une violence morale traduite par la volonté de contrôler complétement le corps par les sens (oreilles, yeux) par la pensée (cerveau), par les gestes (pieds, mains) et par l’essence même du corps féminin destiné à la procréation (les attributs sexuels).


[1] Euripide, Hippolyte porte-couronnes, 616-619

[2] Schmitt-Pantel, Pauline. Aithra et Pandora: femmes, genre et cité dans la Grèce antique. Bibliothèque du féminisme. Paris: LHarmattan, 2009, p.196-198.

[3] Loraux, Nicole. Les enfants d’Athéna: idées athéniennes sur la citoyenneté et la division des sexes. 2ème édition. Textes à l’appui. Paris: Ed. La Découverte, 1984, p.78.

[4] Code de Gortyne, colonne II, ligne 2 à 16 ; Eschine, Contre Timarque, 15

[5] Martin, Michaël. Sois maudit ! Paris: Ed. Errance, 2010, p.128-129


Laisser un commentaire