Esclavage et châtiments

un maître et son esclave. Face A d’un cratère en calice à figures rouges de Sicile, v. 350–340 av. J.-C. Louvre CA 7249

A l’époque d’Auguste, en Campanie, la cité de Pouzzole édicte la Lex Libitina, sorte de cahier des charges qui s’impose aux entreprises de pompes funèbres opérant dans le cadre d’une mission de service public. Cette loi ne couvre pas seulement les pratiques liées à l’inhumation comme le font les entreprises contemporaines de pompes funèbres, elle permet également à un maître de faire châtier son esclave. L’entreprise est contractuellement dans l’obligation de respecter les volontés du maître quant à la nature, à la forme et au déroulement du supplice. En contrepartie celui-ci doit rémunérer l’entreprise et chaque ouvrier participant à hauteur de quatre sesterces.

La présence de ses dispositions dans une loi et donc l’encadrement des pratiques montre que le recours aux exécutions serviles devait être assez fréquent même si le maître avait à sa disposition tout un éventail de punitions. Le fait d’engager des dépenses pour punir ou exécuter un esclave relève de conditions assez précises.

Il semble assez évidente que ce type de châtiments ne correspond pas à un simple caprice mais répond à des fautes lourdes. L’esclave Straton fut crucifié pour avoir percé un coffre, dérobé une somme importante et tué deux de ses camarades de servitude[i]. Son maître a, en plus, choisi de rajouter une dimension au supplice en lui faisant trancher la langue ; si l’exécution du supplice est de la responsabilité de la société des pompes funèbres, les modalités de celui-ci restent la prérogative du maître.

Il semble également nécessaire que la faute de l’esclave ait eu un certain retentissement dans la communauté car le maître, en faisant ce choix de déléguer le châtiment, se prive doublement d’un capital : capital humain, en mettant à mort un de ses esclaves et capital financier en louant les services d’une entreprise. En effet, le maître a d’autres moyens de se débarrasser d’un esclave : la vente à des entrepreneurs de spectacles pour l’utiliser comme gladiateur ou le livrer aux bêtes sauvages lors des jeux, ou encore l’envoi aux mines. On peut être surpris que les maîtres n’exécutent pas leurs esclaves dans le strict cadre domestique, évitant ainsi toute publicité mais le meurtre, fut-il justifier, à l’intérieur de la demeure risque de provoquer une souillure ou une pollution rituelle. Par ailleurs, même en cas de mort accidentelle, le cadavre doit rester le moins possible dans la maison et être remis aux entreprises de pompes funèbres le plus rapidement possible. Tout ce qui concerne la mort et les châtiments qui l’entrainent doit être tenu à l’écart des vivants.

Aussi bien en Grèce, qu’à Rome, le châtiment physique est par définition le châtiment réservé aux esclaves puisqu’il permet d’affirmer la supériorité du corps du maître sur le corps servile et bon nombre d’images et de textes associent le fouet à la punition de l’esclave. Dans la vie quotidienne, les griefs du maître porte le plus souvent, non pas sur des délits ou des crimes, mais sur la qualité du travail fourni. Ainsi, Xénophon recommande d’avoir l’œil en permanence à tous les travaux et s’il faut récompenser celui qui travaille bien, il faut rapidement punir ceux qui sont négligeant[ii]. Pour cela, outre le fouet déjà mentionnée, le maître peut le priver de nourriture, lui infliger des travaux plus éprouvant physiquement, l’enchaîner ou encore l’enfermer le soir dans des sortes de cellules. Ces mesures, assurément coercitives, peuvent être également préventives car il semble assez fréquent, mais est-ce réellement surprenant, qu’une certaine tension existe entre maîtres et esclaves ; c’est pourquoi Xénophon recommande quelques précautions quant au choix de l’intendante domestique :

« Nous établîmes intendante celle qui, après examen, nous parut le plus en garde contre la gourmandise, le vin, le sommeil, la hantise des hommes, douée en outre de la meilleure mémoire, et capable soit de prévoir les punitions que lui attirerait de notre part sa négligence, soit de songer aux moyens de nous plaire et de mériter des récompenses.  Nous lui apprîmes à avoir de l’affection pour nous, en la faisant participer à notre joie quand nous étions joyeux, et en nous affligeant avec elle quand elle avait du chagrin. Nous l’instruisîmes à désirer d’accroître notre fortune en lui faisant connaître notre position, et en partageant notre bonheur avec elle. Nous développâmes en elle le sentiment de la justice en plaçant dans notre estime l’homme juste au-dessus de l’injuste, en lui montrant que le premier vit plus riche et plus indépendant que l’autre : voilà le pied sur lequel nous l’avons mise dans notre maison »[iii].

Ce rapport de confiance apparaît pour le moins essentiel tant les déchaînements de violence peuvent être grands. Au début du IIème siècle, le préteur Largius Macedo, fils d’un affranchi, est considéré par Pline le Jeune comme un maître cruel et inhumain. Un jour, alors qu’il prenait son bain dans sa maison de Formies, certains de ses esclaves surgissent ; un l’attrape à la gorge, l’autre le frappe au visage, certains lui donnent des coups dans le ventre. Après cela, ils le jettent sur le plancher brûlant pour voir si le corps manifeste quelques réactions. Largius Macedo s’est évanoui sous l’effet des coups et ne réagit pus. Le croyant mort, ils l’emportent pour cacher le corps. Mais les autres esclaves, non complices du meurtre, accourent à grands cris. Le tumulte réveille Largius Macedo. Les coupables sont aussitôt arrêtés puis exécutés quelques jours avant que leur maître succombe à ses blessures[iv]. Ce tragique épisode met clairement en lumière la question du rapport de domination des corps entre maître et esclaves. Lorsque ces derniers veulent châtier leur maître pour les mauvais traitements qu’ils subissent, ils le font par un déchaînement de violence où chaque participant marque sa supériorité sur le corps de la victime en la maltraitant. Il n’y a, à aucun moment, l’idée de simplement tuer le maître mais la volonté de marquer une supériorité physique où le corps maltraité n’est plus celui de l’esclave mais celui du maître.


[i] Cicéron, Pro Cluentio, 179-181

[ii] Xénophon, Economique, XII, 19

[iii] Xénophon, Economique, IX, 11-13

[iv] Pline, Lettres, III, 14, 1-2


  • Andreau, Jean, and Raymond Descat. Esclave En Grèce et à Rome. Paris: Hachette, 2006.
  • Gonzalès, Antonio. Index thématique des références à l’esclavage et à la dépendance: esclaves et affranchis à Rome. Institut des sciences et techniques de l’Antiquité. [Besançon] Paris: Presses universitaires franc-comtoises diff. Les Belles Lettres, 2003.
  • Hinard, François, and Jean Christian Dumont. « Libitina » : Pompes Funèbres et Supplices En Campanie à L’époque d’Auguste : Édition, Traduction et Commentaire de La « Lex Libitinae Puteolana » / Par Un Groupe de Romanistes ; Sous La Dir. de François Hinard & Jean Christian Dumont. Paris: de Boccard, 2003.
  • Plácido, Domingo. Index thématique des références à l’esclavage et à la dépendance. Institut des sciences et techniques de l’Antiquité. Besançon: Presses universitaires franc-comtoises, 2001.
  • Rodríguez Cerezo, Tomás Martín. Index thématique des références à l’esclavage et à la dépendance: Arriano de Nicomedia, la “Anábasis de Alejandro Magno.” Institut des sciences et techniques de l’Antiquité 7. [Besançon] Paris: Presses universitaires franc-comtoises Les Belles Lettres, 2001.
  • Serghidou, Anastasia. Fear of slaves, fear of enslavement in the ancient Mediterranean. Institut des sciences et techniques de l’antiquité. Besançon: Presses universitaires de Franche-Comté, 2007.
  • Wallon, Henri, and Jean-Christian Dumont. Histoire de l’esclavage dans l’Antiquité. Bouquins. Paris: R. Laffont, 1988.

 


Une réflexion au sujet de « Esclavage et châtiments »

Laisser un commentaire