La corne d’abondance, d’Hadès à Tychè

Hadès et la corne d’abondance

La corne d’abondance apparaît, au Ve siècle avant J.-C., comme un attribut du dieu Hadès. Le souverain infernal est représenté avec cet objet une dizaine de fois sur des vases de l’époque. L’intérieur d’une coupe découverte en Etrurie, datant des années 450-400 avant J.-C., en est une des meilleures illustrations.

Hadès - coupe découverte en Etrurie, datant des années 450-400 avant J.-C.

Sur la partie extérieure sont représentés Zeus, Poséidon, Héra, Amphitrite, Ganymède, Dionysos, Arès, Ariane, et Aphrodite lors d’un banquet ; alors, qu’à l’intérieur figurent Perséphone et Hadès, eux aussi, dans une situation de banquet. L’isolement des deux divinités infernales dans la structure iconographique de cette coupe souligne leur caractère particulier par rapport au reste du Panthéon. Le second intérêt de cette coupe est la présence de la corne d’abondance tenue par Hadès.

A partir du Vème siècle avant J.-C., cet objet opère comme un élément d’identification du dieu.

Hadès identifié par la corne d'abondance
Amphore à figures rouges, datée des années 475-425 avant J.-C., découverte à Nola. Le décor représente Perséphone tenant une oinochoe et une phiale, Hadès avec un sceptre et la corne d’abondance. Sur l’autre face une femme. Beazley, J.D., Attic Red-figure Vase-Painters, 2e édition, Oxford, 1963, 648.25

Absente des sources littéraires, elle fait écho à certaines épithètes attribuées à Hadès dans l’Hymne homérique à Déméter ; Hadès est qualifié de poludektei (qui commande à beaucoup), et d’anax poludegmon (le maître d’une multitude)1. L’association de l’idée d’abondance avec Hadès n’est donc pas une nouveauté de l’époque classique. Mais cette association devient moins restrictive ; dans l’Hymne homérique à Déméter, il est question d’une abondance en êtres humains. L’objet évoque l’idée de richesse sans préciser la nature de celle-ci. Cette richesse du dieu correspond peut-être à l’idée de fécondité agraire liée aux cultes des défunts : le thème de la corne d’abondance se retrouve dans de nombreuses religions avec cette dimension de fertilité agricole2.

Tychè et la corne d’abondance

A partir du IVème siècle, la corne d’abondance semble changer de propriétaire. Pour la première fois, sur un relief de l’Asclépiéion d’Athènes, Tychè est représentée tenant une corne d’abondance3. Ce type de représentation se développe fortement à l’époque hellénistique puis à l’époque romaine.

Tychè sur une monnaie

La corne d’abondance apparaît également comme un objet attaché à la déesse romaine Fortuna avec laquelle Tychè est souvent confondue4.

Ainsi, il semble qu’à l’époque hellénistique, Tychè se charge progressivement des éléments relevant de la sphère du vivant des deux divinités majeures de l’au-delà ; elle capte les fonctions de dispensateur de richesses d’Hadès et d’incarnation de la destinée humaine dévolue aux Moires. Ces divinités se trouvent dès lors reléguées dans un rôle strictement infernal et négatif. Il apparaît clairement que les représentations de Tyché renvoient à l’idée de la Bonne Fortune5, alors que la littérature savante conserve l’idée d’une divinité qui symbolise la précarité de la destinée humaine6.

Tychè

Le point commun entre Tychè et les Moires est que leur rôle est lié à la destinée humaine. Le glissement fonctionnel que subissent ces divinités est le fruit d’une individualisation croissante des destinés qui se retrouve jusque dans l’au-delà. L’affirmation croissante de leur caractère et de leur domaine d’action correspond au renforcement ou à l’émergence d’un sentiment individualiste qui se ferait jour à partir de l’époque hellénistique7.

Notes

1-Homère, Hymne à Déméter, 9, 17

2-M. Delmas, La Corne d’Abondance : Origines et Développement, ANRT, Lille, 1988. Ce travail se place dans une optique exclusivement comparatiste qui vise à mettre en évidence les récurrences de l’objet à travers les religions.

3-LIMC, sv. Tychè, n°5. S.B.Aleshire, The Athenian Asklepieion : the people, their dedications, and the inventories, Berkeley, 1986. H.K. Süsserott,Griechische Plastik des 4. Jahrhunderts vor Christus, Francfort, 1938, pl.17,2

4-LIMC, sv. Tychè – Fortuna

5-L.Villard, « Tychée », LIMC, 115-124

6-Plutarque, De Fort. Rom., 4, 317f-318a

7-L.Villard a mis en évidence que le motif iconographique le plus fréquent est celui qui met en scène Tyché avec un gouvernail et la corne d’abondance. Or ce type n’est attesté véritablement qu’au courant du IIe siècle av. JC. C’est à partir de cette époque que se fixe définitivement l’idée d’une Tychée bienveillante pour les hommes. L.Villard, « Tychée », LIMC, 115-124

Pour citer cet article: Thomas Reyser, "La corne d’abondance, d’Hadès à Tychè," in Deucalion et Noé, 21/01/2017, http://reyser.hypotheses.org/218.


Thomas Reyser

enseignant Hist-Géo, Docteur en histoire spécialisé dans les religions du monde grec. Doctor, Teacher, Ancient Greek History.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedInPinterestGoogle PlusFlickr

Laisser un commentaire