Un tournant dans les représentations de Noé

1 - Noé et sa famille dans une des chapelles funéraires de la nécropole d'El-Baghaouât en Egypte

L.Avellis s’est interessé aux représentations de Noé dans l’Art Paléochrétien1. Si quelques documents sont à mon avis attribués à tord à des artistes ou à des commenditaires juifs ou chrétiens, l’analyse exaustive des fresques révèle un tournant majeur à la fin du IIIème siècle et au début du IVème siècle.

Du Ier au IIIIème siècle, les représentations de Noé sont stéréotypées. L’arche est représentée sous la forme d’un coffre conformément au vocabulaire biblique (tebah) et en s’inspirant de la tradition iconographique grecque notamment des représentations du mythe de Danaé. A partir des dernières années du IIIème siècle, Noé n’est plus représenté seul et progressivement l’arche laisse place à un bateau2. La plus belle illustration de ce changement apparaît dans les chapelles funéraires de la nécropole d’El-Baghaouât en Egypte (doc.1).

L.Avellis voit dans le premier type iconographique l’idée de salut individuel alors que le second figurerait l’idée de salut collectif par l’intercession de l’Eglise, l’arche symbolisant cette dernière. Mais un point reste en suspend; il semble que l’art juif connaisse la même évolution iconographique ce qui remet en cause, au moins partiellement, l’explication de l’auteur. Toutefois, les documents iconographiques juifs sur le mythe du déluge sont très rares et prêtent à discussion. En second lieu, la question du rapport entre textes et images. La base de donnée Biblindex permet de constituer un corpus exhaustif des références patristiques aux livres bibliques. Une simple consultation permet de se rendre compte que le passage de la Genèse consacré au déluge est cité près de 2000 fois par les auteurs chrétiens antiques. Un examen de cet ensemble documentaire est incontournable; il faut absolument savoir si l’évolution iconographique se retrouve dans la littérature.


1 – L.Avellis, Note sull’iconografia di Noè nell’arca, Vetera Christianorum, 45, 2008, p.193-219.

2- L.Avellis s’est appuyé pour mener son étude sur le répertoire des fresques des catacombes établi par A.Nestori (A.Nestori, Repertorio Topografico delle Pitture delle Catacombe Romane, Roma Sotterranea Cristiana per cura del pontifico istituto di archéologia cristina, V, Città del Vaticano, 1993). 

Liste des fresques représentant Noé dans les catacombes de Rome (inventaire d’A. Nestori). Les numéros des fresques correspondent à ceux de l’inventaire d’A.Nestori.

  • Catacombe de Domitille: 3e10, 31, 43, 45, 62, 69
  • Catacombe Giordani: 6, 7
  • Catacombe Maius: 8, 9, 12, 13, 16
  • Catacombe des Saints Marc et Marcellin: 6
  • Catacombe Minus: 1
  • Catacombe Nunziatella: 4
  • Catacombe Panfilo: 1, 3
  • Catacombe Pierre et Marcellin: 15, 21, 22, 27, 28, 47, 48, 51, 64, 65, 67, 69, 71, 77, 78
  • Catacombe Ponziano: 3
  • Catacombe Pretestato: 19
  • Catacombe de Priscille: 1, 5, 39
  • Catacombe quattro orenti presso vibia: 2
  • Catacombe Sebastiano: 3
  • Catacombe Via Anapo: 12, 14
  • Catacombe Via Latina: 2, 13
  • Catacombe Via Pasielo

Thomas Reyser

enseignant Hist-Géo, Docteur en histoire spécialisé dans les religions du monde grec. Doctor, Teacher, Ancient Greek History.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedInPinterestGoogle PlusFlickr

2 réflexions au sujet de « Un tournant dans les représentations de Noé »

  1. Je vous remercie pour votre message et vous prie de m’excuser pour la réponse tardive. J’ai moi-même travaillé sur le mythe du déluge dans l’Orient méditerranéen en maîtrise et en DEA avant de faire ma thèse sur les représentations de l’au-delà. Mon travail, réalisé sous la direction de M.F.Baslez, s’inscrivait alors dans une optique comparatiste. J’ai repris ce corpus récemment toujours dans une optique interculturelle. Je prépare actuellement une série de trois articles sur des problèmes d’ordre iconographique:
    1-Sur les monnaies d’Apamée
    2 – Sur la représentation du héros
    3 – Sur l’épisode du jet de pierres dans le mythe de Deucalion et Pyrrha.
    j’espère ne pas empiéter sur vos travaux et pouvoir échanger avec vous.
    Cordialement,
    Th.Reyser

  2. Je viens de découvrir que vous vous intéressez au mythe du déluge dans l’Antiquité. J’ai moi même soutenu une thèse en 2010 sur ce sujet. Mon manuscrit va être publié à la fin de l’année 2012 au cerf dans la collection « Patrimoines ». C’est avec plaisir que j’échangerai sur ce sujet avec vous. Christophe Leblanc

Laisser un commentaire