Les regrets d’un défunt

Les épigrammes sont parfois l’occasion pour le défunt d’exprimer des regrets concernant son bonheur perdu ; Marcus Septimius Diocles est de ceux-là. La description des soins que lui apportait sa femme se mêle à une pointe de jalousie ou d’angoisse.

Cette inscription romaine présente la particularité d’être bilingue ; cas assez fréquent à Rome mais toujours intéressant en termes de transfert culturel. En effet, si le fond du discours demeure d’essence hellénique, la forme en est plutôt latine.

Epigramme de Marcus Septimius Diocles

Rome – non daté

Stèle de marbre fracturé dans sa partie supérieure. Hauteur 23cm, largeur 47cm.

Kaibel, Epigrammat, 646a; IG, XIV, 2002; GVI 1146; IGUR 1329; Del Barrio, EFG 479; S. Busch, Versus Balnearum. Die antike Dichtung über Bäder und Baden im römischen Reich, Stuttgart – Leipzig, 1999, 530-531; SEG 49.2407

  1. [— — — — — — — — — — — — — — — — — —]
  2. τ̣ῶν Ι̣Ι̣Ι̣[․․․․․․]ΩΛ̣CCΙ̣ον βίον αὖξον ι̣ν̣[¯˘]
  3. ἀλλ’ ὅτε Μοιράων ὁ τριπλοῦς μίτος ἐξεκενώθη
  4. καὶ λοιπὸν θανάτῳ μετὰ τοῦτο τὸ φῶς μετεβλήθην,
  5. ψυχὴ μὲν πρὸς Ὄλυμπον ἀνήλλατο, σῶμα δὲ πρὸς
    γῆν
  6. καὶ λυθὲν ἐξεπόθη καὶ οὐδὲν ἔχω πλέον ὀστῶν.
  7. ὡς οὖν καιρὸν ἔχεις, λοῦσαι, μύρισαι σπατάλησον
  8. καὶ χάρισαι, δαπάνησον ἅπερ δύνασαι· τίνι τηρεῖς;
  9. M(arcus) Septimius Diocles fecit sibi et Iul(iae) Ca[l]liste coiugi
    et Sept(imiae)
    Vibiae
  10. filiis

Le triple fil des Moires a été déroulé et la lumière a transformé le reste en cadavre. L’âme s’en est allée vers l’Olympe, le corps dans la terre et ils délièrent la semence qui avait été répandue, je n’ai plus aucun os lourd. De même, tu n’as plus l’occasion de me laver, de me parfumer voluptueusement et gracieusement, de pouvoir faire ces dépenses. Sur qui veilles-tu ? (traduction personnelle donc perfectible)


Thomas Reyser

enseignant Hist-Géo, Docteur en histoire spécialisé dans les religions du monde grec. Doctor, Teacher, Ancient Greek History.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedInPinterestGoogle PlusFlickr

Laisser un commentaire