De la coloquinte chez les auteurs antiques

Dans le récit biblique de Jonas, Dieu fait pousser puis périr une coloquinte pour convaincre Jonas de son choix d’épargner Ninive. Cet épisode, très populaire dans l’art paléochrétien, ne peut se comprendre que par l’analyse des éléments structurants qui le composent. LA coloquinte (sorte de courge ou de citrouille) en est un élément essentiel, du moins dans l’iconographie.


La coloquinte vue par les médecins

Galien voit dans cette plante un stimulant et un purgatif :

Parmi les purgatifs, certains purgent par en haut, comme ceux qui sont composés avec de l’ellébore et tous les émétiques, les autres sont administrés par en bas, comme ceux faits de scammonée, d’aloès, de pin, de coloquinte, […]  (Le Médecin, XV, 2)

Hippocrate insiste beaucoup plus sur l’aspect purgatif de la plante notamment dans le cas des angines ou pour les maladies post-accouchements :

La citrouille échauffe, humecte et est laxative, sans être diurétique. (Du Régime, LIV, 5)

Remède contre l’inflammation de la matrice suite à l’accouchement (Nature de la femme XXIXa2)

Purgatif pour la matrice, quand, après la mort de l’enfant, il y a une rétention de sang. (Nature de la femme CIX,21)

La coloquinte en rêve

Artémidore consacre quelques lignes de la Clé des Songes à la coloquinte :

Parmi les légumes dits blancs, la rave ronde, le gros navet et la courge indiquent de vains espoirs, car ils ne sont tous qu’une masse gonflée sans valeur nutritive; pour les malades en outre et les voyageurs, cela indique qu’il y a incisions et découpements par le fer, parce que ces sortes de légumes sont hachées. (La Clé des Songes, 1, 67).

 

Divers points de vue sur la coloquinte

Athénée a compilé l’ensemble de nombreux propos anecdotiques dont quelques-uns concernent la plante. On peut ainsi apprendre qu’en Attique, notre expression « avoir le melon » se traduit par « avoir la coloquinte ». (II, 53). La courge sert également de base pour des plats réservés aux esclaves :

Enfile des courges à mesure que tu les coupes par morceaux, afin de les faire sécher à l’air, et suspens-les à la fumée, afin que pendant l’hiver les esclaves en remplissent une vaste marmite, et s’en repaissent à l’aise lorsqu’ils n’ont plus d’ouvrage. Mais que la mouleuse répande des herbages, de toutes sortes de graines, en proportion convenable, dans cette marmite où ils auront jeté ces chapelets de courges, après les avoir lavés. Mêles-y bien aussi du champignon, de l’endive étendue depuis longtemps sur d’autres herbages, des choux crépus, pour ces gens affamés. (IX, 14)


Thomas Reyser

enseignant Hist-Géo, Docteur en histoire spécialisé dans les religions du monde grec. Doctor, Teacher, Ancient Greek History.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedInPinterestGoogle PlusFlickr

Laisser un commentaire