Archives de catégorie : L’Au-delà en Grèce Ancienne

Le prix du passage: Charon, l’obole et l’au-delà

Aristophane est le premier auteur, dans les Grenouilles, à mentionner l’obligation de verser un dédommagement, à Charon, pour prix du passage dans l’au-delà. Aucun autre témoignage contemporain ne vient confirmer cette pratique. Seul un vase peut être pris en compte, qui représente un défunt tenant dans la main ce qui semble être des pièces de monnaie1.

Pour Rohde, le don d’une obole à Charon est l’héritage d’une très ancienne tradition qui consistait à ne pas séparer le défunt de ses biens. Il supposait que les funérailles héroïques, pour être complètes, impliquent la destruction par le feu de l’avoir du défunt. D’où la possible croyance, à l’origine, de donner au mort toute sa fortune mobilière. A l’époque d’Homère, ce devoir s’était déjà affaibli et transformé en symbole, pour, au final, se réduire à l’habitude de placer dans la bouche du mort une obole destinée, à payer le nocher infernal2.

Continuer la lecture de Le prix du passage: Charon, l’obole et l’au-delà

Artistes et artisans de l’art chrétien primitif à Rome

Peu d’informations sont accessibles sur les auteurs des premières œuvres de l’art chrétien. Le plus souvent, cette production de commande relève de petits ateliers d’artisans. Il ne semble pas qu’il existe un corps constitué d’artistes ou d’artisans spécialement dédié à la création iconographique dans les catacombes. J.Guyon a mis en évidence que deux groupes d’artisans ont successivement pris en charge cette fonction dans un cadre plus large. De 337 à 465, les fossores s’occupent de l’entretien et de l’aménagement (y compris iconographique) des catacombes. A partir des années 480-490, ce groupe laisse la place aux praepositi qui remplit à peu près les mêmes fonctions mais qui est plus étroitement associé au clergé.

La fonction de fossores existe avant 337 mais elle est très peu documentée. Avant cette date, un nom sur cinq est grec ou d’origine grec et il n’y a quasiment aucun nom chrétien. Après 337, la proportion de noms grecs diminue fortement tandis que les noms chrétiens connaissent une nette augmentation mais n’occupe pas du tout une part majoritaire. Ces quelques remarques onomastiques mettent en évidence qu’il n’y a pas de dimension religieuse attachée à cette fonction et que les œuvres peintes ou sculptées relèvent d’un travail de commande fait par une équipe ou une famille de fossores. C’est donc la religion du défunt et non du fossoyeur qui est mise en scène. Cette documentation onomastique repose avant tout sur des contrats passés avec les fossores. Si ceux-ci sont, au départ, assez succincts dans leur formulation, ils tendent à s’étoffer et à se complexifier avec le développement du culte des martyrs. La localisation de la sépulture devient de plus en plus précise et le contrat se fait désormais devant témoin. Il y a une véritable quête de l’emplacement idéal à partir du IVème siècle ; chaque défunt cherche à être enterré au plus près d’un martyr.


Guyon Jean. La vente des tombes à travers l’épigraphie de la Rome chrétienne (IIIe, VIIe siècles) : le rôle des fossores, mansionarii, praepositi et prêtres. In: Mélanges de l’Ecole française de Rome. Antiquité T. 86, N°1. 1974. pp. 549-596.

Spier, Jeffrey, Mary Charles-Murray, Johannes G. Deckers, and Steven Fine. Picturing the Bible: The Earliest Christian Art [exposition, Kimbell Art Museum, Fort Worth, November 18,2007 – March 30, 2008]. New Haven London Fort Worth (Tex.): Yale University Press Kimbell art museum, 2007.

Les regrets d’un défunt

Les épigrammes sont parfois l’occasion pour le défunt d’exprimer des regrets concernant son bonheur perdu ; Marcus Septimius Diocles est de ceux-là. La description des soins que lui apportait sa femme se mêle à une pointe de jalousie ou d’angoisse.

Cette inscription romaine présente la particularité d’être bilingue ; cas assez fréquent à Rome mais toujours intéressant en termes de transfert culturel. En effet, si le fond du discours demeure d’essence hellénique, la forme en est plutôt latine.

Continuer la lecture de Les regrets d’un défunt

L’impact des structures socio-économiques sur les représentations de l’au-delà

la question de l’impact des événements historiques sur la vision de l’au-delà reste régulièrement posée, comme en témoigne la controverse entre Ian Morris et Christiane Sourvinou-Inwood. Cette dernière a développé l’idée que les changements de structures socio-économiques ont induit des changements dans la vision de l’au-delà en Grèce1. Se fondant sur une démarche comparatiste, où sont convoqués les travaux de Philippe Ariès et de Pierre Chaunu2, Christiane Sourvinou-Inwood tente de démontrer que l’émergence de la polis a induit un changement dans la vision de l’au-delà dans le sens d’une crainte croissante à l’égard de celui-ci. Ce changement de mentalités résulterait de quatre éléments concomitants : l’éclatement des petites communautés au profit de la polis, l’émergence de l’individualisme, le développement intellectuel de la période archaïque et notamment de la pensée philosophique ; enfin, un sentiment général d’insécurité et de désordre résultant de l’expansion dramatique des horizons notamment socio-économiques3. Ian Morris s’oppose à cette théorie en partant de quelques remarques simples4. Tout d’abord, la structure démographique de la France médiévale et moderne diffère de celle de la Grèce archaïque. Ensuite, le peu de témoignages disponibles pour la période archaïque rend difficile toute approche globale de l’évolution des mentalités. Consciente de cette faiblesse, Chr. Sourvinou-Inwood concède que ses conclusions valent surtout pour les élites archaïques. Enfin, Ian Morris critique sévèrement l’usage fait du matériel archéologique5.

Continuer la lecture de L’impact des structures socio-économiques sur les représentations de l’au-delà