Archives de catégorie : Les châtiments dans l’Antiquité

Lapidation et démocratie

En Grèce ancienne, la lapidation est une pratique qui relève plus de l’ordre symbolique que de l’ordre judiciaire. Cette pratique peut prendre des formes diverses où les pierres ne sont pas utilisées ; les athéniennes lapident le seul rescapé d’une bataille contre les Argiens au moyen des agrafes de leur manteau (Hérodote, V, 87).

Continuer la lecture de Lapidation et démocratie

Esclavage et châtiments

un maître et son esclave. Face A d’un cratère en calice à figures rouges de Sicile, v. 350–340 av. J.-C. Louvre CA 7249

A l’époque d’Auguste, en Campanie, la cité de Pouzzole édicte la Lex Libitina, sorte de cahier des charges qui s’impose aux entreprises de pompes funèbres opérant dans le cadre d’une mission de service public. Cette loi ne couvre pas seulement les pratiques liées à l’inhumation comme le font les entreprises contemporaines de pompes funèbres, elle permet également à un maître de faire châtier son esclave. L’entreprise est contractuellement dans l’obligation de respecter les volontés du maître quant à la nature, à la forme et au déroulement du supplice. En contrepartie celui-ci doit rémunérer l’entreprise et chaque ouvrier participant à hauteur de quatre sesterces.

Continuer la lecture de Esclavage et châtiments

Reconnaissance et abandon du nouveau né : un châtiment préventif ?

Boston 13.200, Museum of Fine Arts, Boston, USA.

Le mythe d’Œdipe est un des mythes les plus connus de la culture occidentale. L’histoire du héros commence par son abandon en pleine nature, livré à une mort certaine. Romulus et Remus connaissent exactement le même sort. Cette exposition fonctionne dans le cadre mythique comme une ordalie ; elle est fondatrice de la destinée héroïque. Mais elle fait également écho à des pratiques domestiques fréquentes aussi bien dans le monde grec que dans le monde romain.

Continuer la lecture de Reconnaissance et abandon du nouveau né : un châtiment préventif ?

La femme est un châtiment pour l’homme ! Il faut donc punir les femmes.

D’après les traditions mythiques, Zeus envoya Pandore aux hommes pour les punir du vol du feu par Prométhée. D’emblée la première femme est placée sous le signe du mal. Les auteurs antiques ne cesseront de donner corps à cette image nécessaire. Hésiode considère ainsi que sans femme la vie n’est pas vivable mais qu’avec elle ne l’est pas plus. Face au désir féminin, Hippolyte se lamente de devoir subir ce « frauduleux fléau » que sont les femmes[1]. Les femmes ne sont pas envisagées de manière symétrique aux hommes. La femme est un être distinct et étranger. Pandore n’est pas l’incarnation de la féminité, elle est seulement la première de la race des femmes[2]. La première femme n’est pas la mère de l’humanité mais la mère des femmes[3].

Continuer la lecture de La femme est un châtiment pour l’homme ! Il faut donc punir les femmes.