Archives par mot-clé : Noé

Les scènes associées à la figure de Noé dans l’art paléo-chrétien.

 Noé est rarement représenté seul dans l’Antiquité. Il est souvent associé à des figures telles que : Jonas, Moïse faisant jaillir l’eau du rocher, Daniel, le Bon Pasteur, la multiplication des pains, la guérison du paralytique ou la résurrection de Lazare1. Il est intéressant de noter que deux des trois thèmes les plus fréquemment associés à Noé sont liés à l’eau ; l’eau comme épreuve pour Jonas et l’eau comme source de salut pour les Hébreux dans le désert. Les trois thèmes issus de l’Ancien Testament soulignent tous la « grâce salvatrice de Dieu »2.

Continuer la lecture de Les scènes associées à la figure de Noé dans l’art paléo-chrétien.

Thomas Reyser

enseignant Hist-Géo, Docteur en histoire spécialisé dans les religions du monde grec. Doctor, Teacher, Ancient Greek History.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedInPinterestGoogle PlusFlickr

Pourquoi étudier le mythe du déluge ?

Le choix d’un sujet de recherche n’est jamais le fruit du hasard. L’étude du mythe du déluge dans l’Orient hellénistique et romain résulte d’une volonté d’appréhender les échanges interculturelles dans l’Antiquité. Les mythes du déluge présentent la particularité d’être présents dans toutes les sociétés antiques à l’exception de l’Egypte. Une seconde caractéristiques de ces mythes concernent leur portée culturelle : leur dimension étiologique concerne l’humanité et non un groupe humain en particulier. Il ne s’agit donc pas de mythes qui exclut un groupe par rapport à un autre. La charge identitaire de ces récits est donc moins importante ce qui explique l’absence de polémiques entre Grecs, Chrétiens et Juifs autour de tels récits. On peut même discerner de temps à autre la volonté de faire fusionner les récits ou au moins de trouver des points de convergence.

Il convient pour mener une telle étude de jouer sur les échelles documentaires et chronologiques. L’établissement des différentes traditions littéraires et iconographiques est un préambule incontournable. Entre Homère et Origène, les récits évoluent, se transforment et se chargent de sens différents. L’étude de ces traditions ne prend tout son sens que si elle est mise en perspective avec des études de cas précises concernant leur réception. Ainsi, l’utilisation du motif diluvien sur une série monétaire d’Apamée au IIIème siècle de notre ère permet d’appréhender la réception de traditions qui dépassent largement le cadre civique. L’analyse des termes désignant l’arche ou le coffre dans lequel les héros survivent permet de cerner des usages et des perceptions propres à des groupes ou à des époques.

Thomas Reyser

enseignant Hist-Géo, Docteur en histoire spécialisé dans les religions du monde grec. Doctor, Teacher, Ancient Greek History.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedInPinterestGoogle PlusFlickr