Au fondement de la Grèce, premiers constats

L’apothéose d’Homère

Je me suis donc mis au travail. J’ai fouillé, exploré, lu, parcouru des blogs et sites de profs d’histoire-géo. Bien évidemment, ces lectures ne peuvent rendre compte de la dimension orale du cours, ni de ce qui se passe dans la classe. Elles ne portent que sur la trace écrite que l’élève est censé conserver. A ma surprise, le nombre de cours en ligne demeure relativement restreint (environ une trentaine pour le collège mais seulement une vingtaine accueillent des cours de Sixième) mais ces sites sont particulièrement prescripteurs auprès des jeunes collègues ; l’accueil de professeurs stagiaires m’a permis d’en prendre pleinement conscience.

L’étude du premier thème consacré à la période de la Grèce archaïque, en Sixième, a amené son lot de surprises. La première a porté sur les problématiques choisies pour étudier cette partie. Si dans quelques cas, le cours semble en faire l’économie, la plupart du temps l’enseignant ne choisit pas la problématique, il se contente de reprendre, in extenso, celle proposée par les fiches d’accompagnement des programmes. Cela donne globalement l’impression d’un manque d’aisance vis à vis des contenus enseignés. Rares sont les problématiques qui prennent un peu de distance avec les conseils des fiches éduscol et l’on peut se demander, dans certains cas, comment des élèves de Sixième peuvent comprendre une problématique telle que « Qu’est-ce que le panhellénisme? ».

L’analyse des traces écrites avec le logiciel IRaMuTeQ est venue confirmée cette impression.  Les termes les plus fréquemment utilisés renvoient à deux aspects du chapitre la religion et la cité. Les enseignants choisissent donc de privilégier ces deux éléments qui pour eux sont constitutifs de l’unité du monde grec.

nuage grarc
fig. 1 fréquence des termes

La dimension culturelle de cette unité est reléguée en arrière plan car la religion n’est considéré que sous la forme du rapport au divin et non dans ses pratiques. Enfin, il est très surprenant de ne pas voir apparaître, plus fréquemment, le terme Homère.

L’analyse des liens entre les termes permet d’affiner la lecture. Au départ, le critère de fréquence minimal retenu a été de 20 occurrences, chiffre avoisinant le nombre de sites étudiés (fig.2). L’idée étant de se limiter à un corpus de termes susceptible d’avoir été utilisé par tous les enseignants.

fig.2: liens entre les termes utilisés au moins 20 fois
fig.2: liens entre les termes utilisés au moins 20 fois

Or, peu de termes ressortent de ce choix. Il a donc fallu élargir le corpus avec comme critère 10 utilisations et non 20 minimum (fig.3).

Ces deux figures confirment la relégation d’Homère et ses œuvres à un rôle anecdotique. Bien souvent, l’Iliade et l’Odyssée ne sont utilisées que pour raconter une belle histoire et non comme un levier épistémologique pour comprendre le monde grec. Dans cette configuration, les œuvres homériques arrivent en fin de cours alors que l’on pourrait s’attendre à  les trouver comme un point de départ.

liens entre les termes utilisés au moins 10 fois
liens entre les termes utilisés au moins 10 fois

La définition de la cité nécessite également quelques remarques. Celle-ci est principalement présentée sous l’angle territorial (Acropole, ville, campagne, métropole, remparts, …), mais le terme citoyen n’apparaît que cinq fois sur une vingtaine de sites. La notion de communauté humaine est essentielle et devrait être introduite dans ce cours pour faciliter la compréhension du chapitre consacré à Athènes. Cette dimension de communauté structurée en réseaux est un des apports majeurs de l’historiographie récente qui permet en partie d’expliquer ce qui fait l’unité du monde grec par delà des cités qui sont souvent en conflits 1. La récente parution d’un numéro des Annales, coordonné par V.Azoulay, offre pourtant un panorama très complet des débats scientifiques autour de la notion de cité 2. Le débat qui a suivi la sortie de ce numéro est accessible gratuitement en ligne. On ne peut qu’encourager les collègues à l’écouter.


  1. P.Ismard, La cité des réseaux. Athènes et ses associations, VIe-Ier siècle av. J.-C., Publications de la Sorbonne, 2010
  2. Un des prochains billets sera consacré à un compte rendu de ce numéro des Annales dont le sommaire est accessible à cette adresse.

 

Pour citer cet article: Thomas Reyser, "Au fondement de la Grèce, premiers constats," in Deucalion et Noé, 18/01/2015, https://reyser.hypotheses.org/149.

 


Thomas Reyser

enseignant Hist-Géo, Docteur en histoire spécialisé dans les religions du monde grec. Doctor, Teacher, Ancient Greek History.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedInPinterestGoogle PlusFlickr

Laisser un commentaire