La Représentation de l’au-delà sur les vases archaïques

L’apparition de représentations de l’au-delà sur des vases durant la période archaïque permet d’aborder les conceptions de l’au-delà sous un autre angle que celui des poètes. Le principal sujet représenté sur la céramique est la capture de Cerbère par Héraclès. Sur 105 vases archaïques à figures noires qui évoquent l’au-delà ou bien un personnage infernal, 76 représentent la capture de Cerbère par Héraclès. Hermès et Athéna leur sont associés respectivement à 49 et 38 reprises. Ce constat met en lumière le fait que l’au-delà n’est jamais représenté pour lui-même. Il n’apparaît dans l’iconographie que pour définir le cadre d’un mythe. L’autre enseignement de ce constat, c’est la popularité de la nekuia (descente aux enfers) d’Héraclès : celle d’Orphée, d’Ulysse ou de Thésée n’apparaissent pas.

Continuer la lecture de La Représentation de l’au-delà sur les vases archaïques

Le prix du passage: Charon, l’obole et l’au-delà

Aristophane est le premier auteur, dans les Grenouilles, à mentionner l’obligation de verser un dédommagement, à Charon, pour prix du passage dans l’au-delà. Aucun autre témoignage contemporain ne vient confirmer cette pratique. Seul un vase peut être pris en compte, qui représente un défunt tenant dans la main ce qui semble être des pièces de monnaie1.

Pour Rohde, le don d’une obole à Charon est l’héritage d’une très ancienne tradition qui consistait à ne pas séparer le défunt de ses biens. Il supposait que les funérailles héroïques, pour être complètes, impliquent la destruction par le feu de l’avoir du défunt. D’où la possible croyance, à l’origine, de donner au mort toute sa fortune mobilière. A l’époque d’Homère, ce devoir s’était déjà affaibli et transformé en symbole, pour, au final, se réduire à l’habitude de placer dans la bouche du mort une obole destinée, à payer le nocher infernal2.

Continuer la lecture de Le prix du passage: Charon, l’obole et l’au-delà

Au fondement de la Grèce, premiers constats

L’apothéose d’Homère

Je me suis donc mis au travail. J’ai fouillé, exploré, lu, parcouru des blogs et sites de profs d’histoire-géo. Bien évidemment, ces lectures ne peuvent rendre compte de la dimension orale du cours, ni de ce qui se passe dans la classe. Elles ne portent que sur la trace écrite que l’élève est censé conserver. A ma surprise, le nombre de cours en ligne demeure relativement restreint (environ une trentaine pour le collège mais seulement une vingtaine accueillent des cours de Sixième) mais ces sites sont particulièrement prescripteurs auprès des jeunes collègues ; l’accueil de professeurs stagiaires m’a permis d’en prendre pleinement conscience.

L’étude du premier thème consacré à la période de la Grèce archaïque, en Sixième, a amené son lot de surprises. La première a porté sur les problématiques choisies pour étudier cette partie. Si dans quelques cas, le cours semble en faire l’économie, la plupart du temps l’enseignant ne choisit pas la problématique, il se contente de reprendre, in extenso, celle proposée par les fiches d’accompagnement des programmes. Cela donne globalement l’impression d’un manque d’aisance vis à vis des contenus enseignés. Rares sont les problématiques qui prennent un peu de distance avec les conseils des fiches éduscol et l’on peut se demander, dans certains cas, comment des élèves de Sixième peuvent comprendre une problématique telle que « Qu’est-ce que le panhellénisme? ».

Continuer la lecture de Au fondement de la Grèce, premiers constats

Esclavage et châtiments

un maître et son esclave. Face A d’un cratère en calice à figures rouges de Sicile, v. 350–340 av. J.-C. Louvre CA 7249

A l’époque d’Auguste, en Campanie, la cité de Pouzzole édicte la Lex Libitina, sorte de cahier des charges qui s’impose aux entreprises de pompes funèbres opérant dans le cadre d’une mission de service public. Cette loi ne couvre pas seulement les pratiques liées à l’inhumation comme le font les entreprises contemporaines de pompes funèbres, elle permet également à un maître de faire châtier son esclave. L’entreprise est contractuellement dans l’obligation de respecter les volontés du maître quant à la nature, à la forme et au déroulement du supplice. En contrepartie celui-ci doit rémunérer l’entreprise et chaque ouvrier participant à hauteur de quatre sesterces.

Continuer la lecture de Esclavage et châtiments

Mentalités et transferts culturels dans l'Antiquité grecque. Enseignement de l'Antiquité dans le Secondaire. Antiquité numérique