20 ans après

En 1988, A. Main soutenait une thèse intitulée: Le déluge de Deucalion et Pyrrha et la régénération de l’humanité par le jet de pierres. Ce travail m’a beaucoup intéressé quand j’ai repris mes recherches sur le thème du déluge. J’ai pris conscience, à la relecture de ce travail, du décalage dans l’analyse des mythes qui s’est opéré en 20 ans .

La démarche d’A.Main consiste avant tout en une approche structuraliste et symbolique du mythe. Le mythe du déluge et la renaissance de l’humanité passent au prisme des grandes catégories anthropologiques et comparatistes. Mais petit à petit, à la lecture du travail, l’idée d’un récit uniforme du déluge prend le pas sur la réalité chronologique. L’auteur le souligne pourtant en introduction ; les sources sur ce mythe s’étalent sur plus de 1000 ans, or, petit à petit, le récit d’Apollodore prend une place prépondérante dans le travail.

Au final, l’étude tombe quelque peu à plat. Le mythe du déluge est présenté comme un mythe de recréation de l’humanité ou le couple de survivants assure un trait d’union entre l’humanité mythique et l’humanité historique. Quant aux éléments symbolistes, ils soulignent la récurrence de ces thèmes et la ressemblance avec les récits du déluge élaborés par d’autres cultures.

20 ans ont passé, l’analyse des mythes a pris quelques distances avec le structuralisme sans pour autant le renier. Une telle étude, aujourd’hui, ne peut que commencer par l’établissement des traditions littéraires et de leurs mutations chronologiques. Le recours systématique à l’analyse trifonctionnelle est laissé de côté au profit d’une analyse de plus en plus fine des nuances lexicologiques. Enfin, le mythe est complètement détaché de la sphère religieuse ; il est une forme d’expression culturelle d’une société à un instant donné.

Là où A.Main voit dans le mythe du déluge et de la renaissance de l’humanité une expression, plus ou moins consciente, de références religieuses primordiales, je considère que la façon dont les auteurs décrivent la recréation de l’humanité est un discours sociopolitique marqué chronologiquement. Ce discours est l’expression de leurs conceptions de l’humanité première et en cela, il m’intéresse en tant qu’historien. Les deux travaux ne s’excluent pas pour autant, ils se complètent et reflètent les évolutions de mon champ d’études ces dernières années.


Thomas Reyser

enseignant Hist-Géo, Docteur en histoire spécialisé dans les religions du monde grec. Doctor, Teacher, Ancient Greek History.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedInPinterestGoogle PlusFlickr

Une réflexion sur « 20 ans après »

  1. Votre étude éclairera sans doute aussi les versions postérieures du mythe : Steinbeck, dans le chapitre XXIX des Raisins de la colère, a bien montré cette interprétation sociopolitique du déluge, pour clore son roman. Chaque écriture du motif, inscrite dans une Histoire, prend un sens à la fois propre, et relatif à toutes les autres écritures… Mais chez Steinbeck, dans un vingtième siècle désenchanté, la divinité n’apporte pas de salut : seuls les hommes peuvent, par la solidarité s’entraider, avec des accents qui ne sont pas sans rappeler le dernier paragraphe de Germinal de Zola…

Laisser un commentaire